AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lendemain de veille...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Age : 24
Année et Filière : Troisième année de médecine
Secret(s) : Il a fait une grosse dépression à l'âge de 14 ans et a essayé de se suicider.
Messages : 15
Etoiles : 0
Date d'inscription : 25/08/2014
Relations : .



MessageSujet: Lendemain de veille... Sam 30 Aoû - 1:46

Lendemain de veille
Saejin & Jae Hoon

   
L’alcool, une boisson si traître parfois… Certaines d’entre-elles ont très bon goût, on en boit beaucoup et surprise ! Tu te retrouves saoul. D’autres, avec une seule gorgée, tu t’étrangles presque en avalant le liquide fort, tu sais que tu dois boire avec modération avec celle-ci. Dans mon cas, tout dépend de la situation et avec qui je suis. Si je suis seul, aucune modération, je bois jusqu’à plus soif. Entre amis, je bois avec modération et je préfère être parfaitement conscient avec eux afin de m’amuser. Ça dépend des situations.

Je termine mon concert dans un petit bar non loin de chez moi, le patron me félicite une fois descendu de la petite scène sous les applaudissements des spectateurs. Je m’incline devant lui en souriant, ma guitare à la main. Il me demande d’aller le rejoindre dans son bureau après avoir ranger ma guitare dans la salle des employés. Je m’incline lorsqu’il tourne les talons pour aller dans son bureau. Je me demande ce qu’il me veut ? Surement me donner mes gages pour ce soir. Je me dirige vers la salle des employés en attrapant une bouteille d’eau qu’un des techniciens me tend, puis me fait intercepter par deux filles super canons. Elles ont un peu bu, elles n’arrêtent pas de rire pour rien, ça me fait sourire de voir ça. La plus jolie des deux, celle avec les cheveux longs et bruns me dit qu’elle a adoré mon spectacle et qu’elle a vu toutes mes performances dans les petits bars de la ville. Je souris et les deux semblent presque flasher, je laisse échapper un peu rire. La fille aux cheveux bruns me tend alors un papier avec son numéro de portable puis s’éclipse avec son amie. Je les regarde partir, un sourire fier aux lèvres, puis je me dirige vers la salle des employés.

Je m’empresse de ranger ma guitare dans son étui, puis attrape la serviette que j’avais mis à l’intérieur afin de m’essuyer le visage un peu. Sur scène avec les projecteurs et les spots de lumières, il fait très chaud, donc, j’ai transpiré. Ça n’a pas eu l’air de dégoûté les deux filles de tout à l’heure, mais moi, je n’aime pas sentir la sueur me coller dessus. Je prends une ou deux gorgées d’eau, puis je me rends au bureau du patron du bar comme demandé. Devant sa porte, je m’arrête et frappe doucement, j’entends une voix à l’intérieur me dire d’entrer et j’obéis en tournant la poignée. Le bureau du patron était exactement comme j’imaginais un bureau de patron de bar. Sombre et mystérieux. Il y avait une lumière tamisée qui éclairait légèrement la pièce d’une lumière orange et son bureau était couvert de papiers et de quelques bouteilles d’alcool vides. L’homme se lève et me fait signe de m’assoir. Je m’exécute et attends qu’il me parle. Il sort alors de son bureau une enveloppe qu’il me tend. Ma paie. Je la prends à deux mains en inclinant la tête tout en le remerciant. Je fourre l’enveloppe dans la poche arrière de mon jean et lorsque mon regard se repose sur le propriétaire du bar, je fus face à un verre d’alcool. Je le pris immédiatement et pris une gorgée. Le liquide était fort et transparent, je crois que c’était de la vodka. L’homme pose un papier et un stylo devant moi. Il me dit que c’est un contrat avec le bar, si je le signe, j’allais être la star du bar. Ce qui veut dire que j’allais travailler pour lui presque tous les soirs pour faire des spectacles. Je m’empresse de signer, trop heureux par cette occasion. Mon rêve étant de devenir chanteur, cette occasion-ci était parfaite.

Après avoir remercié maintes et maintes fois le patron, je quitte le bar, ma guitare sous le bar et un énorme sourire aux lèvres. J’étais vraiment heureux de cet opportunité. J’arrive enfin chez moi, déverrouille la porte et allume la lumière à l’aide de l’interrupteur situé à gauche de la porte. Je retire mes chaussures et pose ma guitare au sol. Mon appartement n’est pas très grand, il n’a qu’une chambre de taille moyenne, un salon collé sur la cuisine-salle à manger et j’ai une salle de bain. Je suis un peu bordelique de nature, alors il y a quelques trucs qui traînent dans l’appartement, comme des vêtements, des cannettes de colas, des bouteilles d’alcool et même une boîte de préservatifs posés sur une table dans le salon. On s’est jamais qui je pourrais ramener à la maison, vaut mieux prendre ses précautions. Ce soir, je vais fêter ! Un contrat avec un bar assez populaire en ville ça se fête ! Je sors quelques bouteilles et m’installe au salon en oubliant de verrouiller la porte d’entrée. Assis confortablement sur le divan, je décapsule la première bouteille de la soirée…

Le lendemain, je me réveille avec un énorme mal de crâne étendu à plat ventre sur le divan. Je me redresse avec difficulté, une main posée sur la tête, les rayons du soleil filtrant par la fenêtre me donnait mal aux yeux alors je devais plisser les yeux. Une fois assis, je sens que j’avais mal au cœur… un énorme mal de cœur. Chacun de mes mouvements me donnait envie de vomir. Au secours… Sur la table basse du salon, il y avait des bouteilles vides d’alcool et dans le cendrier, il y avait de mégots de joint pas terminés. J’ai fêté un peu trop je crois… Soudain, on frappe à ma porte. Ce martèlement me fit fermer les yeux à cause de ma douleur au crâne.«Qui c’est ?» Ma voix était encore un peu endormi et j’espérai que la personne m’ait entendu.


   
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité




MessageSujet: Re: Lendemain de veille... Sam 30 Aoû - 18:59


« Wake up man ! »  


Enfin c'est le week-end ! Je n'en pouvais plus d'étudier, ces maudites révisions vont me rendre dingue. Heureusement qu'à l'école je peux voir un ami, un vrai, de longues dates, même si on s'était perdus de vue durant mon exil de deux ans à l'autre bout du monde. Je ne m'attendais ni à le trouver à donner un concert dans ce petit bar de la ville ni à ce qu'il me reconnaisse. Il est bien le seul d'ailleurs. Je lui dois la vie en quelque sorte, s'il n'était pas venue me voir en cachette à l'hôpital, j'y serais toujours. Par contre, il me rappelle aussi le déchet que j'ai été à cette époque, d'un certain côté, ça me met mal à l'aise, mais c'est bien peu comparé à ma joie d'être avec un allié.

La veille, je devais aller à un de ses concerts sauf que j'ai eu un empêchement. Mon beau-père a tenu à venir me voir et je ne peux pas refuser ses avances, c'est dans notre contrat. J'ai encore besoin de son appui pour le moment. Donc j'ai du me décommander auprès de Jae Hoon et on s'est mis d'accord afin de se voir le lendemain. Je me suis réveillée pas trop tard, en forme, une bonne douche et je n'ai passé trop de temps devant le miroir ou à choisir mes vêtements, l'avantage d'avoir les cheveux courts et un look qui n'a rien à voir avec celui d'une fille standard, comme je les appelle, de ce pays. L'originalité n'est pas très appréciée, peu importe le pays d'Asie, or, je m'en fiche pas mal, tant que je suis bien dans ma peau. Puis je ne me verrais pas de nouveau avec les cheveux longs, trop pénible à entretenir.

Une fois au point de rendez-vous, avec cinq minutes d'avance, je l'attends. Il y a beaucoup de personnes qui passent dans les rues mais aucune trace de mon meilleur pote. J'ai beau le chercher des yeux, je ne vois sa trace nulle part. Après une quinzaine de minutes, je lui envoie un SMS afin de savoir où il en est. Pas de réponse. Je me dis qu'il est peut-être dans le métro et qu'il ne l'a pas encore reçu. Encore quinze minutes plus tard, je décide d'en renvoyer un autre. Pas de réponse non plus. Dans ma tête affluent de nombreux scénarios et excuses. Mais je craque en me décidant à l'appeler carrément, je tombe sur son répondeur bien entendu. Je ne vois que deux possibilités, soit il a oublié, soit il a trop bu et est en train de cuver dans un coin. Cela ne me laisse qu'une seule solution, je me rends chez lui et frappe à la porte. C'est une petite voix que je finis par entendre.

"C'est Jin !"

N'étant pas très patiente pour certaines choses, je n'attends pas qu'il vienne m'ouvrir, je tente ma chance en appuyant sur la poignée. Miracle, c'est ouvert, j'entre dans la grotte en toussant. Je traverse entre les cadavres de bouteilles vides et je tire les rideaux afin de faire rentrer le soleil, tout en ouvrant la fenêtre. Je me retourne vers lui et voit sa tête.

"Ça fait une heure que je t'attends. Tu m'as oublié !" Je ne lui en veux pas, je peux comprendre qu'il ait fait la fête, d'où mon sourire sur mes lèvres. "Regarde-moi ce bordel que tu as mis..." Son appartement est trop mal rangé. "Tu aurais pu m'appeler au lieu de boire tout seul chez toi comme un ivrogne."

Une petite vengeance de ma part, je lui mets une claque sur l'épaule un peu forte. Ensuite je vais chercher un verre d'eau et un cachet contre le mal de crâne que je lui mets dans les mains, me doutant, vu son expression de douleur, qu'il n'est pas en bon état. Pendant qu'il les prends, je prends un sac poubelle et commence à jeter ce qui doit l'être.

"A 20 ans, il serait temps que tu saches nettoyer ton appartement quand-même. Ou trouve-toi une copine pour le faire ou alors engage une bonne." Je le charrie, il a l'habitude.

 
fiche par century sex.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age : 24
Année et Filière : Troisième année de médecine
Secret(s) : Il a fait une grosse dépression à l'âge de 14 ans et a essayé de se suicider.
Messages : 15
Etoiles : 0
Date d'inscription : 25/08/2014
Relations : .



MessageSujet: Re: Lendemain de veille... Jeu 25 Sep - 17:29

Lendemain de veille
Saejin & Jae Hoon

   
J’entends mal la vois de l’autre côté de la porte, je me retourne sur le dos au moment où la porte de mon appartement s’ouvre. Les yeux toujours fermés, je ne vois pas qui s’est, mais je n’ai pas envie d’ouvrir les yeux, j’ai trop mal au crâne pour le faire. J’entends la personne marcher, frôlant des cannettes et bouteilles vides, puis je peux entendre le bruit des rideaux qu’on tire. J’ouvre un œil et me fait aussitôt aveugler par la lumière du soleil, je referme aussitôt les yeux. Je lâche un grondement, puis me frotte les yeux en essayant de m’asseoir sans que tout tourne autour de moi. «Referme les rideaux, merde…» J’ouvre tranquillement les yeux et essaie de savoir qui s’est.

«Ça fait une heure que je t'attends. Tu m'as oublié !» C’était Saejin, j’avais complètement oublié que j’avais prévu un truc aujourd’hui avec elle. Ça m’est complètement sorti de la tête la nuit dernière. Mon regard se pose sur le sourire qui s’étire sur les lèvres de mon amie. C’est bien, elle n’est pas fâchée! Après tout, elle me connait assez bien pour savoir que lorsque je bois j’oublie plein de trucs. « Regarde-moi ce bordel que tu as mis...» Je regarde autour de moi et constate l’état des lieux, c’est vrai que moi et le ménage ça faisait deux, mais bon… J’y suis un peu habitué, j’ai toujours été quelqu’un de bordelique, le ménage n’est pas mon fort. «Saejin, je ne suis pas une meuf, moi… Je ne passe pas mes journées à faire du ménage. Et tu sais bien que je suis bordelique de nature.»

«Tu aurais pu m'appeler au lieu de boire tout seul chez toi comme un ivrogne.» Un ivrogne, moi ? Pff… même pas vrai. Oui, je bois beaucoup, mais ça ne fait pas de moi un ivrogne, elle exagère là. L’alcool est pour moi qu’un simple petit plaisir, je ne suis pas du genre à faire une crise de manque quand je n’ai pas d’alcool dans l’appartement. Je peux survire deux jours sans alcool… enfin… je crois. Je secoue la tête ce qui déclenche une douleur dans mon crâne, je porte alors mes deux mains sur ma tête comme pour arrêter la douleur. Je reçois alors une tape sur l’épaule de la part de mon amie qui se dirige par la suite dans la cuisine. «Il était tard, Saejin, je n’étais pas pour te téléphoner en pleine nuit pour t’inviter à boire un coup chez moi, non? » Lorsqu’elle revient près de moi, elle me tend un verre d’eau et des cachets pour le mal de crâne. Ah ! C’est trop parfait ça! Je m’empresse d’avaler les comprimés ainsi que de boire tout le contenu du verre d’eau pendant que Saejin commence à ramasser mon appartement en jetant pleins de déchets dans un sac poubelle.

« A 20 ans, il serait temps que tu saches nettoyer ton appartement quand-même. Ou trouve-toi une copine pour le faire ou alors engage une bonne. » Je lâche un petit rire, sachant très bien qu’elle me charrie, puis je me lève tranquillement, puis la saisie par la taille. « Tu ne voudrais pas être ma copine ? Tu fais déjà le ménage de mon appartement ! » J’éclate de rire en lui donnant un baiser mouillé sur la joue, puis je me dirige vers la salle de bain. «Tu peux occuper du ménage et de me tenir compagnie, puis pour l’intime et les trucs du genre, je peux bien me trouver une fille qui sera ravie de faire ce boulot.» Une fois dans la salle de bain, je laisse la porte entrouverte et je vais me vider la vessie trop pleine. Après m’avoir lavé les mains, je retourne dans le salon pour essayer d’aider mon amie. «Et toi, Saejin ? Tu attends quoi pour te trouver un copain ? À moins que tu sois aux femmes et que tu ne me l’ai pas dit, alors là, il va falloir que je te présente quelques filles canons que je connais. Je crois qu’il en a deux ou trois qui sont bi.» Je lui ébouriffe les cheveux content de la voir, puis prend le sac qu’elle tient pour continuer de ranger.



   
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lendemain de veille...

Revenir en haut Aller en bas
 

Lendemain de veille...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Heirs & Secrets :: EVERYBODY GOES TO PARTY :: Remember...-